Les gens heureux lisent et boivent du café

Un titre mystérieux et accrocheur… La recette du bonheur selon Agnès Martin-Lugand : un bon livre et une tasse de café chaud.

Même si je ne bois pas de café, j’ai eu envie d’acheter ce roman rien que pour son titre, peu commun…

img_8279

 

Psychologue de formation, l’auteure choisit le 25 décembre 2012 de publier son premier roman en autoédition. Son audace se révèle fructueuse puisque Michel Lafond la contacte : son livre entre alors dans l’édition papier traditionnelle !

Touchant, énigmatique, énergique et attachant, on entre dans ce récit pour n’en sortir qu’après l’avoir fini. Je l’ai dévoré du début à la fin. Toute l’histoire s’enchaîne, on éprouve de l’empathie pour la protagoniste, Diane.  L’affection s’en mêle, nous voilà captivés par les péripéties qui rythment sa vie.

Diane perd sa fille et son mari dans un accident de voiture. Le désespoir et la tristesse la muent dans le déni. Le déni de vivre, de s’amuser, de partager, son cœur se vide, c’est un cauchemar. Son ami Félix fait tout pour la ramener sur le chemin de l’existence, mais en vain. La jeune femme décide de partir pour renaître à nouveau. Quitter cet endroit qui fait croître son désespoir. L’Irlande sera sa destination, son exil. De découvertes et de rencontres, l’histoire de Diane nous fait passer du chagrin à la réjouissance jusqu’à la plaisanterie.

La fin, peut-être décevante, mais finalement surprenante, nous laisse sur une note d’espoir. L’envie de connaître la suite est indéniable. La distance, l’émotion et les sentiments changeront peut être le destin de cette jeune femme, courageuse et déterminée.

Comment rebondir après une telle épreuve ?

Ce roman est un bel exemple de persévérance. Son expérience en Irlande apprend à Diane la résilience (capacité à surmonter les chocs émotionnels, à résister psychiquement aux épreuves de la vie). Pardonner, vivre dans le moment présent, et ne plus ressasser le passé, voilà ce qui l’a fait avancer. Sa rencontre avec Edward, Judith, Jack et Abby la réconcilie avec la notion de famille, de partage et de bonheur commun.

« Tout ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort »