Costa Rica #2

Après une nuit à San José, nous avons pris la route tôt le lendemain pour nous rendre à La Fortuna. 

Changement de décors par rapport aux plages de Puerto Viejo. Nous sommes arrivées dans une petite ville au climat humide.

Nous n’avons pas tardé à faire la rencontre de Philippe, un jeune allemand qui lui, voyageait seul.

C’est en sa compagnie que nous avons fait le tour de ce petit village en direction des fameuses et réputées eaux thermales de la région. 

Suivant les conseils de nombreuses personnes, nous avons choisi de prendre un guide pour découvrir le Rio Céleste et ses alentours.

Nous avons eu la chance de tomber sur un super guide qui nous a beaucoup appris, tant sur la flore que sur le faune de cette région. Nous avons pu admirer la fameuse cascade où se rejoignent deux sources d’eau. Une fois réunies, elles donnent une couleur turquoise, c’était surprenant !

C’était également l’occasion pour nous de gouter un plat typique du Costa Rica avec poisson, haricots rouges, riz et banane flambée, et surtout de gouter au chocolat fait par la maman de notre guide !

Après avoir passé la soirée à jouer aux jeux de société, nous avons le lendemain pris la direction du Volcan Arenal ou nous avons effectué une randonnée pour essayer de l’apercevoir au mieux.

Malheureusement, le temps brumeux ne nous a pas permis de découvrir son cratère. Cela n’a cependant rien enlevé à la beauté des paysages alentours. 

Pleine de surprise, cette randonnée s’est terminée en beauté puisque nous avons rencontré sur notre chemin retour un paresseux tombé d’une branche juste devant nous ! Le pauvre animal paraissait tout sonné et perdu. Nous avons contacté les personnes responsables du parc afin qu’ils viennent s’enquérir de son état de santé et le remettre sur la voie de son arbre. Le gardien nous a rassuré en nous disant que le paresseux était un animal avec une ossature d’enfant, donc très résistante.

Pour finir cette journée en beauté, c’est sur le chemin des sources d’eau thermale que nous avons croisé Gabriel et Philippe, nos deux camarades d’auberge avec qui nous avions partagé la soirée autour de jeux de société. 

Il était temps pour nous de prendre le bateau et de nous rendre à Monteverde, prochain village étape de notre road trip ! 

La météo étant plus clémente, nous avons eu la chance d’admirer le volcan depuis notre bateau, le spectacle était superbe !

C’est à Santa Elena que nous avons posé nos back pack. Nous sommes parties à 8h pour rejoindre le parc de Monteverde réputé pour héberger de nombreux colibris ! Ces petits oiseaux aux grands becs sont visibles depuis la « Maison des Colibris » où ils viennent se sustenter et où il est également plus aisé de les apercevoir.

Nos chemins se sont à nouveaux séparés, puisque j’ai laissé Coralie à Santa Elena pour rejoindre Manuel Antonio, ma dernière destination.. déjà !

A presque une journée de bus, dont deux changements, je suis enfin arrivée à Manuel Antonio sous une chaleur étouffante. Mais par chance, pile à temps pour visiter le parc !

Et je n’ai pas été déçue ! Le parc était sublime, en m’y perdant, j’ai découvert de magnifiques plages sauvages habitées par d’immenses iguanes, se dorant la peau au soleil, tels des statues. 

Je me suis le lendemain réveillée très tôt pour une dernière balade sur la plage, seule. L’occasion d’admirer une dernière fois le spectacle des vagues s’écrasant sur le sable noir et les premiers surfers entrer dans l’eau tumultueuse de l’océan Pacifique. 

Quelques achats effectués plus tard, l’heure était déjà au retour vers San José pour retrouver Coralie, et savourer notre dernier diner ensemble avant mon vol pour Paris !

Costa Rica #1

J’ai eu en Juin dernier, l’occasion de partir au Costa Rica ! Décision de dernière minute, je suis allée rejoindre Coralie qui effectuait son stage à San José, occasion idéale pour découvrir le pays et ses alentours.

IMG_1547

Après 11h de vol, j’ai posé mon backpack à San José, capitale du Costa Rica, chez Coralie. Nous avons choisi de commencer notre road trip par la côte caraïbe, à Tortuguero.

J’avais par avance préparé les étapes de ce voyage car il fallait que je m’organise correctement avec Coralie qui, elle, devait rentrer la semaine à San José pour aller travailler !

Nous avons donc pris le bus Samedi matin à 6h30 pour rejoindre Cariari, à 3h de bus de la capitale, puis ensuite prendre un second bus qui nous emmènera jusqu’à Pavona, endroit où nous prenons le bateau pour rejoindre la presqu’île de Tortugero. Village accessible uniquement en bateau ou en avion, Tortuguero se situe entre l’océan pacifique et le fleuve Laguna Penitencia.

Nous avons été chaleureusement accueillies par les locaux. Ce village est réputé pour son parc National, mais surtout pour ses plages de sable noir où viennent, de juillet à décembre, des milliers de tortues marines pour pondre leurs œufs ! Nous avons donc booké une visite nocturne pour ne rien rater du spectacle.

C’est ainsi qu’à 20h nous arpentions la jungle à la rencontre d’animaux nocturnes ; les ratons laveurs, les serpents, les araignées, mais aussi toutes autres sortes d’insectes et de reptiles. C’est à 22h que nous avons pris la direction de la plage où une seule et unique tortue verte était venue pondre. Nous avons eu la chance d’assister au recouvrement des œufs et à son retour à la mer, très émouvant ! Il était néanmoins essentiel de prendre un guide (25$) car l’accès à la plage est strictement interdit une fois la nuit tombée pour éviter tout vol des précieux œufs. Etant la seule tortue à pondre cette nuit-là, nous étions de nombreux groupes de touriste à y assister. J’ai pour ma part trouvé que ce côté « touristique » enlevait du charme et de l’émotion à ce moment pourtant très intense. Mais soyez sûrs que lorsqu’elles sont plusieurs à venir, les groupes de visiteurs sont répartis en fonction du nombre de tortues. Je n’ai pas eu l’occasion de faire de photos car les lampes, flashs et autres sources de lumière sont interdits pour ne pas gêner la tortue; seule la lumière rouge du guide est tolérée, car elle ne dérange pas l’animal.

IMG_1635

Après une nuit reposante, nous sommes reparties pour visiter le village. Nous avions, la veille déjà, exploré la plage et la jungle à la rencontre d’animaux et  surtout de crustacés. Nous avons dû reprendre la route à 10h, Coralie en direction de San José et moi-même en direction de Puerto Viejo.

Le plus simple pour moi a été de prendre le bateau-taxi qui m’a emmené au sud des côtes Caraïbes en 5h alors qu’en bus il fallait plus de 7h… Je suis donc arrivée à Puerto Viejo à 15h, idéal pour visiter les alentours du village et se reposer un peu avant d’entamer la visite du parc de Cahuita le lendemain !

Puerto Viejo est un petit village de surfers qui se trouve au sud du Costa Rica, réputé pour son ambiance fêtarde et ses vagues idéales. J’avais réservé un lit dans un dortoir de l’hostel Sélina, un endroit très sympa puisque vous pouvez chiller à la piscine ou sur la plage qui se situe juste en face de l’hostel. Idéal donc pour se détendre et se reposer (surtout quand on a 8h de décalage horaire). Le côté positif du jet lag a été que pendant mes 10 jours de voyage j’étais réveillée à 5h30, donc opérationnelle tôt pour profiter des plages vides et des paysages sauvages !

IMG_1753

Je suis, le lendemain, partie à 8h pour découvrir le National parc de Cahuita. J’ai pris le bus (15 minutes de Puerto Viejo) pour rejoindre cet endroit paradisiaque. Pour l’entrée du parc, vous pouvez donner la somme que vous souhaitez, ou choisir de faire la visite avec un guide pour 10$. J’ai pour ma part choisi de découvrir cet endroit seule et suis donc partie à l’affut de tout animal sauvage. Après une bonne heure de marche, j’ai rencontré une famille de Français (habitant à Bruxelles) avec qui j’ai fait le reste de la randonnée (nous étions littéralement seuls dans ce parc). Nous avons fait la rencontre d’un paresseux, de quelques singes dont l’un qui portait un bébé, mais aussi d’un serpent jaune. Ce parc a été l’un de mes préférés, les paysages étaient très divers, tantôt vous étiez plongés dans la jungle, tantôt vous longiez la plage.

Un conseil : si vous en avez l’occasion, (il pleuvait lorsque j’ai voulu le faire…) c’est très sympa de louer un vélo et d’arpenter toutes les plages de Puerto Viejo et ses alentours ! Passez par la playa Chiquita, la playa Cocles, et tant d’autres qui offrent un sable tantôt noir, tantôt beige.

Le lendemain, je suis partie tôt pour rejoindre Coralie à San José. Les manifestations des derniers jours dûes à la hausse de la TVA ont, durant 3 jours, bloqué les routes… J’ai donc choisi de prendre le premier bus, heureusement le seul à circuler…ce qui m’a permis d’ arriver avant la tombée de la nuit à San José.

Les Cinque Terre

Après le carnaval de Viareggio, la découverte de Sienne et de Bologne, nous avons eu l’occasion de visiter les Cinque Terre avant l’arrivée des touristes estivaux !

IMG_0501

Parties à 7h du matin de Florence, nous avons pris le train pour La Spezia, ville de départ pour visiter ces superbes villages colorés.

Différentes options s’offraient à nous pour nous déplacer de terre en terre, telles que le bateau, le train ou tout simplement à pied. Nous avons choisi de toutes les essayer.

Nous sommes parties en train de La Spezia pour Monterrosso al Mare, dernière terre. Nous avons choisi de faire le trajet en « sens inverse » afin de terminer par Riomaggiore pour reprendre le train à La Spezia.

Si une journée peut s’avérer courte pour visiter les terres en été, au printemps, la faible affluence de touristes permet de les visiter en 10h en étant efficace.

Monterosso al Mare a été notre premier stop, nous y avons admiré les citronniers et orangers mais aussi la sublime vue offerte par le sentier qui rejoint Vernazza. En effet, le seul sentier ouvert à cette période était entre Monterosso et Vernazza, une randonnée de 2h environ. Attention ça grimpe, nous n’étions pas tout à fait prêtes pour cet exercice matinal… Pensez à mettre de bonnes baskets ! Néanmoins, le jeu en vaut la chandelle, avec une vue imprenable sur la mer, les vignes et plus loin Vernazza.

IMG_0639

Arrivées essoufflées et affamées, nous nous sommes arrêtées à Vernazza pour y déjeuner. Une délicieuse pizza et un tiramisu engloutis, nous avons continué notre route vers Corgnilia. Si vous en avez l’occasion, profitez d’être au bord de la mer pour déguster fruits de mer et poissons, vous trouverez de nombreux commerces proposant des « friggitori » en cornet; pratique si vous n’avez pas le temps de vous arrêter pour vous restaurer. Mais n’oubliez pas que les Cinque Terre font parties de la Ligurie et que la spécialité locale est les trofies al pesto !

Par le train, nous sommes arrivées à Corgnilia, seul village qui n’est pas au bord de l’eau mais qui surplombe la mer. Pour se rendre au centre, vous avez le choix entre le bus ou marcher et gravir quelques escaliers ! Nous nous y sommes rendues à pied, et avons apprécié l’ambiance plus artisanale de ce village. En effet, céramistes, et autres petites boutiques au charme désuet lui donnent un aspect plus authentique et peut être moins touristique. Arrêtez-vous pour y boire un café ou prendre une douceur, cela en vaut la peine !

IMG_0942

Nous avons repris notre chemin cette fois ci vers Manorala, un village de plus grande envergure que Corgnilia, l’un de mes préférés je crois. Arrivant par train, il faut traverser un tunnel pour se rendre au cœur du village. Nous y avons croisé matous endormis entre les céramiques et les bâches de bateaux. Il est possible d’admirer ce village paisible de ses hauteurs en gravissant la colline. Un bar vous y attend pour siroter un Spritz et contempler la mer et les sublimes couleurs qu’offrent les habitations de Manorala.

Après avoir fait le tour de ce village, nous avons choisi de prendre le bateau pour rejoindre Riomaggiore, notre dernière destination de la journée. Sous un ciel grondant, nous avons rapidement fait le tour, une glace à la main avant de repartir pour La Spezia puis Florence.

Nous étions à 19h dans le train retour pour Florence après avoir marché 15km et gravi beaucoup de marches, mais ravies de notre journée !

IMG_1174

Il est évidemment possible de faire le chemin inverse et de commencer par Riomaggiore et finir par Monterosso, je vous le conseille si la météo le permet car à Monterosso, une grande plage vous attend pour vous détendre et profiter de la mer !

Carnaval di Viareggio

L’Italie, sa gastronomie, sa culture, son vin et… son carnaval ! Il ne s’agit pas de celui de Venise dont je vais vous parler, mais de celui de Viareggio !

IMG_5074

A mi-chemin entre Florence et Gênes, Viareggio est une charmante petite ville balnéaire où il est agréable de se rendre au printemps, avant l’arrivée des vacanciers d’été.

De début Février à début Mars, la ville de Viareggio est en fête. Les samedis et dimanches sont réservés à la superbe parade qui se déroule le long de la mer.

Partis de Florence, nous sommes arrivés sur place vers 11h. Nous avons d’abord choisi de faire un petit tour de la ville en passant par son port, où de nombreux et magnifiques bateaux étaient accostés, sa plage et ses commerces installés à proximité.

Malheureusement nous n’avons pas eu le loisir de mettre les pieds dans l’eau car les abords de la mer étaient envahis d’algues. Je vous déconseille par ailleurs de venir à Viareggio pour sa plage, celle-ci est bondée en été et plutôt sale en hiver…

IMG_5702

Après avoir déjeuné avec, au menu, un bon poisson en bord de mer, nous avons longé l’allée pour découvrir les chars à l’arrêt. Attention, pour accéder à la parade, il faut payer un billet (environ 20€). Plusieurs billetteries et entrée sont ouvertes, il y a de la place pour tout le monde !

Ce carnaval est particulier pour son engagement, en effet, nous avons eu l’occasion de découvrir des chars impressionnants, représentant tantôt Donald Trump doté d’un visage acerbe, tantôt un bateau de migrants aux traits anxieux.

Si ces sujets actuels sont abordés, tels que la pollution avec cette immense baleine qui recrache une multitude de sacs plastiques par exemple, c’est pour mieux faire prendre conscience aux visiteurs de la gravité et de l’urgence de réagir.

Avec humour, évidemment, certains chars parodiaient notre société, avec la représentation de personnages se prenant en selfie, en référence à ces générations obnubilées par leur image.

Pour compléter la parade, de magnifiques chars représentaient des personnages mythologiques tels que Méduse mais aussi de contes avec Blanche neige et la sorcière, sublimement réalisés.

L’une de mes artistes préférées étant Frida Khalo, j’ai particulièrement apprécié sa représentation. A l’image de l’artiste, son char était magnifiquement orné de papillons et accompagné de femmes de différentes origines.

IMG_5599

Les chars ont pris vie vers 17h, au début du coucher de soleil. Nous avons assisté à ce sublime spectacle avec une lumière rasante et un ciel d’un orange somptueux. En musique nous avons dansé et pris part au défilé en slalomant entre les personnes déguisées. Toute la ville ainsi que les visiteurs étaient en habit de lumière pour célébrer la fin de l’hiver et le début du printemps !

The Big Apple

A l’ombre des buildings, j’ai eu en Janvier l’occasion de visiter New York en un week-end. C’était certes court mais intense, j’ai adoré !

Avec des objectifs précis et un emploi du temps organisé, j’ai réussi quasiment à parcourir la ville de long en large.

IMG_4020

La statue de la liberté et Ellis Island ont été mes premières visites. J’avais pour ne pas perdre de temps pris un charmant petit hôtel au cœur de Manhattan. Situé non loin du métro Grand Central, j’ai pu facilement me déplacer. Je suis partie en bateau de Battery Park vers 10h. Pour ne pas perdre du temps, on m’avait indiqué qu’il était plus intéressant de prendre le ferry à cet endroit avant 11h. Effectivement je n’ai quasiment pas attendu. J’ai adoré la visite d’Ellis Island, cela m’a permis de mettre un lieu et des explications sur mes cours de lycée. Cela m’a également permis de comparer un tel évènement avec notre actualité européenne, c’était très émouvant.

Pour mieux sentir la ville et son ambiance, j’ai choisi de faire un maximum de choses à pied. Après m’on excursion à Ellis Island, de Battery Park, j’ai rejoint Soho, China Town et Little Italy en passant par le mémorial du World Trade Center. Ces « petits » quartiers regorgent de restaurants et jolies boutiques aux trésors inespérés.

Mon escapade m’a menée ensuite jusqu’au Union Square Greenmarket situé juste à côté du Flatiron. L’occasion de se ravitailler en fruits, légumes, produits locaux et sublimes bouquets de fleurs séchées.

IMG_4192

Quelques photos plus tard et un panier de fruits à la main, je suis tombée sur Times Square où j’ai pu acheter mon billet pour aller voir la comédie Musicale « The Lion King » au théatre Minskoff. Je ne voulais pas partir de NYC sans avoir vu de comédie musicale sur Broadway ! Je vous conseille d’aller directement au guichet plutôt que de réserver sur internet, ça ne m’a couté que 99$ alors que sur internet le prix était de 130$.

En attendant le spectacle qui commençait à 20h, je me suis rendue au Guggenheim où il est possible de payer le prix que vous souhaitez tous les Samedis entre 17h45 et 19h45. L’exposition actuelle présente l’artiste Hilma af Klimt « Paintings for the Future » jusqu’au 23 Avril. J’ai beaucoup aimé la scénographie de l’exposition et l’architecture du bâtiment qui donne un angle de vue différent des musées traditionnels.

IMG_4245

The Lion King a terminé ma première journée en beauté ! Le spectacle était tout simplement magique, les costumes, la mise en scène et les acteurs ont été fabuleux.

Mon deuxième jour a débuté au sommet de l’Empire State Building, la vue était sublime, un 360° sur la ville de New York, de quoi vous émerveiller en essayant de repérer les endroits que vous avez visités la veille ou que vous souhaitez visiter dans la journée ! J’ai eu beaucoup de chance je n’ai pas eu besoin d’attendre une minute, il n’y avait personne !

Après une descente vertigineuse, je me suis promenée le long de la 5th Avenue, en admirant les vitrines des enseignes de luxe. Attirée par des chants, je suis entrée dans une église, où j’ai pu assister à la fin de la messe. Après être passée devant Tiffanie&Co et m’être imaginée dans la peau d’Audrey Hepburn dans le sublime film « Diamant sur canapé », je me suis rendue à Central Park pour y admirer les écureuils et prendre une bouffé d’air frais.

IMG_4351

J’ai par la suite rejoint le Chelsea Market où j’ai pu déjeuner un délicieux Burger et chiner de superbes boucles d’oreilles ! Cet endroit regorge de restaurants tous aussi charmants les uns que les autres, cela rend d’ailleurs le choix difficile. Au fond du bâtiment se trouvait un petit concept store avec de nombreux stands de bijoux, maroquinerie, vêtements et accessoires issus de petites marques niches.

Le ventre bien remplix, et comblée par l’achat de mes boucles d’oreilles, j’ai entamé ma promenade digestive le long de la Hight line. Cette ancienne ligne ferroviaire aérienne du Lower West Side a été réaménagée en parc linéaire urbain suspendu. C’est très agréable puisqu’elle traverse le quartier de Chelsea, de Manhattan à New York, dans les airs. On peut y croiser des œuvres street art, des petits coins de verdure aménagés.

IMG_4450

De Chelsea, je me suis rendue au Brooklyn Bridge, je ne pouvais pas quitter NY sans avoir vu ce fameux pont ! Je m’y suis donc promenée avant de rejoindre le quartier de Brooklyn et d’y découvrir ses trésors ! Après avoir flané dans le quartier pendant quelques heures (ce n’est d’ailleurs pas suffisant), j’ai rejoint Williamsburg à pied pour y prendre le métro et rentrer me reposer un peu et préparer mon départ prévu le lendemain.

Malgré la courte durée de mon séjour, je suis ravie d’avoir pu passer 48h à New York. Il s’agissait à l’origine de notre cadeau d’anniversaire de 20 ans mais nous avions du mal à faire concorder nos agendas (avec mon frère jumeau). J’y suis finalement allée sans lui…Nous trouverons l’occasion d’y retourner ensemble, je n’en doute pas !

Florence, capitale de la Toscane

Après Milan, c’est à Florence que nous avons posé nos valises. Au cœur de la Toscane, nous avons découvert une région d’Italie bien différente de celle de Milan.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Du latin « abondance » Florencia rend hommage à la déesse de l’abondance, Flore. C’est notamment pour cela que le symbole de la ville est une fleur de lys, non pas bleue mais rouge.

Si sa cathédrale Santa Maria del Fiore fait beaucoup parler d’elle, c’est parce qu’elle a été construite par la famille de Médicis qui gouvernait la ville de Florence ainsi que la Toscane jusqu’en 1937. Un siècle et 70 ans, c’est le temps qu’il a fallu pour réaliser cette église, et c’est la coupole de Brunelleschi qui clôturera cette construction en beauté. Faite de marbre blanc, vert et rosé, la façade de la basilique est de style gothique.

Plus loin dans le centre historique de la ville, vous tomberez sur la place de la République actuellement en travaux, car des trésors romains y ont été découverts. Il s’agissait à l’époque du point de rendez-vous des artistes. Désormais on y trouve de nombreux cafés et restaurants, dont les plus anciens de la ville comme le Giubbe Rosse par exemple.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si vous êtes à la recherche d’une vue sur la ville de Florence, rendez-vous à la Piazza Michelangelo au coucher du soleil pour apprécier ce moment magique.

Lors de notre visite, nous avons eu l’occasion de découvrir l’école du cuir. Une superbe expérience que je vous conseille puisque cette école se trouve dans un ancien monastère. On y retrouve des fresques murales réalisées par le professeur de Michel Angelo. Nous y avons découvert les techniques de dorure à la feuille d’or ainsi que les différents cuirs utilisés pour la maroquinerie. Ici, les artisans sont libres d’exprimer leurs fantaisies, ils travaillent avec leur esprit, leur tête et leurs mains. Du cuir de veau, au cuir d’agneau, en passant par le cuir d’autruche et d’alligator, nombreuses sont les peaux à manipuler avec précaution.

Si vous appréciez la mode et les chaussures italiennes, rendez-vous au musée Ferragamo. Il célèbre et explore le phénomène d’immigration des Italiens aux Etats Unis dans les années 1920-1950. Salvatore Ferragamo est né en Italie du côté de Naples, et quitte sa terre natale à 16 ans pour rejoindre les Etats Unis et apprendre de nouvelles techniques de cordonnerie. Il ouvre alors sa première boutique là-bas et allie l’atmosphère italienne, chaleureuse et confortable aux nouvelles techniques acquises en Amérique grâce aux premières usines de chaussures, ce qui participera à son grand succès et lancera sa carrière.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vous avez un petit mal de tête à cause du soleil ? Rendez-vous à la plus ancienne des pharmacies du monde, la pharmacie Moltini qui se situe non loin de la Galerie des Uffizi, elle vaut le détour ! Un véritable écrin pour ces plantes, parfums et médicaments. Visitez ses recoins et découvrez des somptueuses fresques au plafond, et sa décoration qui date du 17eme siècle. Parmi tous ces flacons anciens, se cachent les produits de terroir tels que les savons et eaux de Cologne artisanaux. C’est d’ailleurs Catherine de Médicis qui importera en France l’eau de Cologne italienne.

Nombreuses sont les adresses à découvrir à Florence. Je vous conseille de lire le blog d’Alidifirenze, une jeune femme française qui vit à Florence depuis quelques années et qui partage expositions, évènements, restaurants et autres superbes adresses sur son blog depuis 5 ans.

PS : Si vous en avez le temps, visitez les alentours de Florence, de jolies villes comme Pise ou Livorno sont à une heure de la capitale Toscane. Nous avons eu l’occasion de nous y rendre pendant le week end, c’était très agréable et ces deux charmantes destinations sont desservies par un train.

Milan

C’est à Milan et Florence que nous nous sommes rendus cette année pour découvrir architecture, savoir-faire et culture italienne.

Connue pour son Duomo et sa galerie Vittorio Emanuele II, Milan est une ville industrielle qui regorge de jolis endroits secrets.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si elle ressemble à nos passages parisiens, ce n’est pas anodin, puisque la Galeria Vittorio Emanuele II a été créée en 1867 en imitant nos galeries parisiennes, certes plus modeste. Ce grand passage lumineux a été dédié au Roi d’Italie, et est désormais considéré comme un réel monument historique avec sa majestueuse coupole faite de verre et d’acier. Si vous levez les yeux, à l’intérieur, vous y retrouverez des fresques représentant les quatre continents.  Lieu de rendez-vous, et de communication entre les places importantes de la ville, les Italiens s’y xretrouvent tous les matins pour échanger, prendre un café ou un petit déjeûner avant d’aller travailler. La galerie renferme notamment le seul hôtel 7 étoiles d’Europe. Malheureusement il faut être client pour pénétrer à l’intérieur…

Si l’on ne voit qu’elle lorsque l’on arrive à Milan, c’est parce que la Cathédrale est depuis sa création point central de la ville. Créée au 14e siècle, il faudra plus de 400 ans pour achever cette magnifique œuvre, et c’est Napoléon qui terminera la façade. Entre architecturesgothique et baroque, la cathédrale est néanmoins entièrement réalisée en marbre. Si vous souhaitez visiter l’intérieur, une longue queue vous attend, pensez à prendre vos billets d’entrée en ligne pour ne pas vous faire avoir !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A l’autre extrémité de la Galeria, c’est la place de la Scala que l’on reconnait avec cette grande statue de Leonard au centre.  Pour certains Milanais, il s’agit de la place la plus importante de la ville puisqu’il s’y trouve le théâtre le plus renommé du monde. Créé au 18e siècle, le théâtre prend le nom de « La Scala » qui était le nom de l’église auparavant existante à cet emplacement. Si l’extérieur n’a rien à voir avec l’opéra Garnier de Paris, La Scala est réputée pour son acoustique de grande qualité et son nombre de places important.

Après la visite de ces endroits mythiques milanais, nous avons eu la chance de découvrir les bureaux du magazine Elle Italie, où nous avons  été accueillis chaleureusement. Puis nous sommes allés découvrir l’un des premiers concept store mondial, 10 Corso Como.  Si à l’origine, le souhait de la créatrice, Carla Sozzani, sœur de la directrice du Vogue Italie, était de réunir commerce et culture au même endroit, son pari est réussi. Aujourd’hui le concept store renferme 3 magnifiques chambres d’hôtel, un café, un restaurant, en plus des salles d’exposition et de commerce. L’inventrice de ce lieu s’attache aux créations et non pas aux noms des marques. Elle a choisi pour designer son intérieur un artiste américain, Kris Ruhs qu’elle a rencontré dans les années 70. L’artiste a lui aussi créé le logo noir et blanc du concept store. Il y a 30 ans de cela, elle proposait déjà des marques telles que Comme des Garçons, Martin Margiela qui n’étaient à l’époque pas encore répandues. Véritable précurseur, elle a amené à Milan le minimalisme.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A la découverte de la gastronomie Italienne, nous nous sommes rendus chez Eataly, un très grand commerce accessible à tous, dont les produits sont choisis avec soin.  Créée en 2007, l’entreprise s’est associée à l’association Slow food pour trouver des petits producteurs locaux.  Enivrés par ces odeurs de charcuterie, de pizza et de fromage italien, il est difficile de ne pas vous arrêter déguster une pizza ou des pâtes fraiches. Cet immense bâtiment, qui renfermait anciennement un théâtre, propose certes des aliments, mais aussi une restauration pour tous les goûts. Poissons, fromage, pizza ou pâtes, les clients peuvent acheter les mêmes aliments qu’ils ont consommés au restaurant.  Pour les amateurs de cuisine, des cours sont organisés, et certains sont gratuits pour les enfants et les retraités afin de transmettre les traditions gastronomiques et d’enseigner aux enfants l’importance des aliments et de leur provenance.

Je n’avais jamais visité Milan auparavant. Nombreuses ont été les personnes qui me disaient ne pas apprécier la ville car il y avait peu de choses à voir. J’ai, pour ma part , été agréablemnt surprise. C’est une ville qui a certes moins de charme que Florence ou Rome, néanmoins je n’ai pas du tout été déçue de ce que j’y ai trouvé. Milan regorge de petites places et endroits secrets qu’il est bon de découvrir en s’y perdant !

L’île de beauté

De Bastia à Calvi en passant par Saint Florent et Piana, découvrez l’ile de beauté, ses paysages, ses sentiers accidentés, ses criques sauvages et ses villages perchés en haut de la montagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après un atterrissage à Bastia, nous nous sommes dirigés vers le coin de paradis de Jean d’Ormesson, Saint Florent. Nous avons pour cela traversé le désert des Agriates, pour y découvrir un décor rocheux, parsemé de verdure, de fleurs mais aussi de majestueux eucalyptus. Puis, c’est dans la baie de Saint Florent que nous nous sommes restaurés, face au port. L’occasion pour moi de goûter des lasagnes au brocciu, fromage typique de l’ile !

Après avoir arpenté les routes sinueuses, entre mer et montagne, nous avons finalement rejoint l’Ile Rousse puis Cateri, notre point de chute pour les quatre jours suivants. Cateri est un petit village typique au charme désuet qui offre à ses habitant une vue surprenante sur la mer. Pour l’anecdote, Thomas Dutronc y vient parfois partager une chanson au bistrot du coin.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le lendemain, nous avons pris la route à la découverte des Calanques de Piana. Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés déjeuner à Galeria, à la Cabane du Pêcheur. Nous avons immédiatement été charmés par cet endroit atypique et incongru, situé sur une plage sauvage. Trouvé par hasard, je vous conseille vivement ce petit restaurant où l’on sert des produits frais, pêchés le matin même, et de délicieux desserts. Pour vous rafraîchir, je vous invite à goûter leur citronnade, ni trop acide, ni trop sucrée : elle est parfaite ! Le restaurant est ouvert toute la semaine pour déjeuner, et le mercredi soir pour un diner musical.

C’est rassasiés que nous avons repris la route en direction de Piana. D’immense rochers se sont alors dressés devant nous. De couleurs ocre à l’ombre, et d’un rouge flamboyant lorsque le soleil pose ses rayons dessus, le spectacle était somptueux ! Notre imagination se prête au jeux en associant des noms d’animaux aux formes originales des rochers. Néanmoins, soyez prudents sur la route, il n’est pas rare d’y croiser des troupeaux de chèvres ou de vaches qui se promènent allègrement le long des parois rocheuses. Classé au patrimoine de l’Unesco, ce site est très fréquenté durant la haute saison, mieux vaut s’y rendre tôt le matin pour en profiter au maximum, et ne pas être pris dans les bouchons.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour notre troisième journée sur l’île, nous sommes partis visiter les berges du Fango, cette rivière se trouve à environ 40 minutes de Calvi. Les bassins creusés par la nature sont naturellement chauffés par le soleil. L’eau y est limpide, il est possible à partir de certains endroits d’y plonger et de s’y baigner en été. On y aperçoit même de loin les sommets enneigés du Monte Cinto. Un endroit paisible où il fait bon s’y prélasser au soleil.

Pour le dîner, nous nous sommes rendus au restaurant du village, Chez Léon, y déguster des beignets de courgettes, un régal. Pour une gourmandise, goûtez-y le Fiadone, ce gâteau Corse fait à base de brocciu et de citron. Après ce bon dîner, ne manquez pas le coucher de soleil vu de San’Antonino, ce village médiéval qui surplombe la vallée et qui offre une vue spectaculaire sur la mer et la montagne.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Last but not least, pour notre dernier jour, nous nous sommes rendus à Calvi. Charmante petite ville. L’occasion d’acheter un peu de saucisson, de fromage et de confiture en souvenir de ce voyage ensoleillé. Mais aussi de déguster une glace face au port, à l’ombre des oliviers. Nous avons hésité à prendre le bateau pour découvrir les côtes de l’ile vue de la mer, mais ce sera pour une prochaine fois ! Enfin pour terminer notre séjour en beauté nous nous sommes promenés sur une magnifique plage sauvage au coucher du soleil, pas besoin de vous dire que le spectacle était saisissant de beauté…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Sur les pistes d’Anzère

C’est à 1 500 mètres d’altitude, perchés au dessus de Sion que nous avons fêté la nouvelle année.  Le village d’Anzère surplombe la vallée du Rhône, il offre aux adeptes des sports d’hiver un magnifique domaine skiable mais aussi de nombreuses randonnées pédestres pour l’été.

IMG_0708

Après quelques frayeurs lors de la montée du col, nous avons chaussé les chaînes et sommes arrivé sous la neige au village.

Le lendemain nous étions sur les pistes, sous le soleil, le temps idéal pour profiter de la neige fraîchement tombée. Quelques descentes plus tard, nous voilà attablés à la buvette de l’alpage du Tsala pour y déguster de délicieuses croûtes aux fromages. Les soupes y sont fameuses, mais nous sommes hélas arrivés trop tard pour les goûter. L’accueil y est chaleureux, le chalet est typiquement décoré de photos, et des peaux de mouton sont mises à disposition sur les banquettes.

C’est sur le massif des Rousses que nous avons skié le lendemain. Les pistes sont agréables à descendre, bordées d’arbres, et les paysages sont à couper le souffle. Enfin pour profiter de ce cadre montagnard et d’une restauration rapide et originale, je vous conseille de déjeûner au restaurant “les Rousses”. Profitez du soleil sur la terrasse et faites dorer vos grillades sur le grand barbecue mis à disposition.

IMG_0487

Le temps s’étant gâté par la suite, c’est au spa d’Anzère que nous avons passé la journée de Samedi. Piscine, jaccuzi, sauna et hammam sont à disposition de tous. Si l’envie vous en dit, des soins et des massages sont proposés, pensez à réserver ! Et pour continuer notre cure de fromage, c’est au Black Horn café que nous avons dégusté une délicieuse fondue.

Enfin, le dimanche, nous avons choisi de randonner sous le soleil. Au niveau de l’intermédiaire des “oeufs”, vous pouvez prendre un sentier, le Dahu, qui vous permettra de rejoindre le village en 1 heure. Pour y déjeûner, suivez le chemin; vous tomberez sur une crêperie, mais  nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion d’y aller. Le cadre semble chaleureux.

IMG_0790

Anzère est une station de ski familiale où  il fait bon se reposer et profiter du soleil et de la neige en hiver,  mais aussi pour y faire de superbes randonnées en été !

 

Strasbourg, capitale de Noël

Sacrée Capitale de Noël, Strasbourg est la destination à inscrire dans vos agendas pour vivre un Noël unique et féérique.

L’Alsace est une région qui célèbre depuis de nombreuses années les fêtes de fin d’année avec de belles traditions. De Strasbourg à Mulhouse, en passant par Colmar, Riquewihr et Kaysersberg,   ces villes et villages sauront vous séduire par leur authenticité.

IMG_9587

A Strasbourg, 300 chalets de bois ont investi le coeur historique de la ville. De la place Kléber à la Petite France, en passant par la cathédrale et le carré d’or,  la rue des orfèvres, la rue du sanglier,  prenez le temps d’apprécier les décorations typiques mises en place pour l’occasion, autant par la ville que par les commerçants.

Telle une promenade de sens, laissez vous guider par les effluves de vin chaud et dégustez les spécialités régionales, le bretzel, le manala ou encore la tarte flambée. Mais surtout n’oubliez pas de vous délecter de « Bredele », ces fameux petits biscuits de Noël à la cannelle, si typiquement alsacien !

Découvrez le travail des artisans qui oeuvrent chaque année pour présenter leurs magnifiques figurines de Noël dans une atmosphère chaleureuse.

Enfin, nombreuses sont les animations culturelles proposées par la ville. Expositions, concerts ou encore chorales sont mises en place aux quatre coins de Strasbourg pour partager des moments de convivialité.

Sur la place Kléber, découvrez le majestueux Grand Sapin qui n’en finira pas d’émerveiller parents et enfants avec ses illuminations. C’est en vous enfonçant un peu plus loin dans la ville que vous découvrirez la rue la plus joliment décorée selon moi, la rue de orfèvres. Déambulez  tête en l’air pour apprécier les magnifiques devantures des magasins. Pensez à vous arrêter chez Christian pour déguster ses fameuses pâtisseries et chez Naegel pour ses bouchées à la reine réputées, ses délicieuses tourtes alsaciennes,  son pâté en croûte, etc…

IMG_9616

En face de la cathédrale, sur la place Gutenberg, vous trouverez des produits typiquement islandais. Chaque années, la ville de Strasbourg invite un pays à nous faire découvrir ses produits et traditions. Cette année il s’agit de l’Islande, un pays qui célèbre Noël en 13 jours, une cérémonie qui coïncide avec le moment où les jours commencent à s’allonger.

Si vous souhaitez boire autre chose que du vin chaud, arrêtez vous chez Bistrot et Chocolat pour déguster des produits 100% bio, issus du commerce équitable. Leurs plats du jour sont à tomber, sans parler des desserts ! Et si vous souhaitez découvrir une recette plus en profondeur, des ateliers pâtisseries ont lieu sur place, une fois par mois.

Pour l’apéro, rendez vous au Code Bar pour découvrir de superbes cocktails aux noms originaux. Il vous faudra sonner à l’entrée pour pénétrer dans ce bar aux ambiances vintage. Admirez la dextérité des barmen qui exécutent vos cocktails sous vos yeux, un véritable spectacle !

Enfin, ne négligez pas le quartier de la Petite France, un véritable joyaux où l’on trouve de somptueuses maisons à colombages qui s’égrènent au bord de l’eau. Pour déjeûner ou dîner, je vous conseille de réserver une table à la Perle des Saveurs, un restaurant bien caché dans une étroite ruelle, où de délicieux mets vous sont servis avec le sourire.

IMG_9639

Mon dernier conseil : perdez vous dans la ville ! Strasbourg n’étant pas très étendue, le meilleur moyen de la découvrir, c’est par soi-même. Laissez votre instinct vous guider, vous ferez certainement encore de plus jolies rencontres et de superbes découvertes. Une promenade sur l’Ill, en batorama, à la tombée de la nuit, n’est pas à négliger pour visiter “Strasbourg,  capitale de Noël”.