Not Afraid Of Love

Envie de frissonner devant une œuvre ? D’être désorienté ou encore surpris ? Maurizio Cattelan donne matière à réfléchir avec son exposition Not Afraid Of Love.

img_8116

Mal à l’aise ? Possible, mais seulement le temps de vous familiariser avec l’artiste.

Après 5 ans de retraite anticipée, Maurizio Cattelan accepte d’exposer ses œuvres les plus poignantes à la Monnaie de Paris. Décrite telle un autoportrait ou encore le portrait de son double, vous découvrirez au cours de ce voyage un homme, un engagement, une révolution.

L’artiste investit tous les chemins possibles : du plafond aux murs en passant par le plancher, pour créer une correspondance, un lien entre ses œuvres.

Né à Padoue en 1960, Maurizio Cattelan se veut insaisissable. Il chemine jusqu’à l’art sans jamais vraiment affirmer son statut d’artiste. Il s’y immisce pourtant avec des créations qui questionnent la fonction du lieu, puis la forme et l’usage des objets.

Après avoir travaillé en tant qu’éboueur et employé de la morgue il fuit le monde du travail et se positionne en tant qu’outsider.

 

A la Monnaie de Paris il cesse de se dérober au regard des visiteurs et décide d’affronter son public. Il offre une nouvelle lecture de ses œuvres : une nouvelle scénographie. Par l’installation de ses œuvres il produit de nouvelles images, des chocs visuels.

img_8092

Inattendue, étrange et déroutante, voilà quelques adjectifs  qui pourraient décrire cette exposition allant  à l’encontre des conventions de représentations et de bienséance.

Provocateur, l’artiste met en scène le Pape Jean Paul II, terrassé par une météorite ou encore Hitler réduit à une silhouette d’enfant en prière. Cattelan est révolté contre les pouvoirs institutionnels et renverse leur piédestal. Le pape et Hitler se voient dépossédés de leurs pouvoirs.

15045690_10154749826773809_1908380267_n

Son intolérance envers l’autorité le sort des sentiers battus : il en arrive à décapiter la plus noble conquête de l’homme, le cheval, dans son œuvre Kapput. Serait-ce une métaphore pour décrire son état d’esprit à la fois absurde et mélancolique ?

Attention où vous mettez les pieds, vous risquerez de trébucher sur une tête… Mais pas n’importe laquelle en effet c’est le visage de Maurizio Cattelan qui sort de ce plancher de bois. Que fait-il à cet endroit ? L’artiste s’est toujours considéré comme étant un intrus faisant irruption dans les musées et expositions. Sans passer par la porte, il s’oppose encore une fois aux codes habituels de bonne conduite.

15064171_10154749826648809_1760792233_o

J’arrête de vous en dire trop… et je vous laisse découvrir par vous-même ! RDV à la Monnaie de Paris, 11 quai de Conti à Paris  jusqu’au 8 Janvier 2017.

« Je ne veux pas guider le public vers une direction déterminée, je veux provoquer une réaction spontanée » Maurizio Cattelan

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s